baselille02

Sgen + : pour un suivi de carrière efficaceadhesion02

NOUVEAU SITE

 ATTENTION ! CE SITE SERA DÉFINITIVEMENT FERMÉ LE 31 MARS 2017. NOUVEAU SITE :

nord-pas-de-calais.sgen-cfdt.fr

Capture du 2017 02 19 18 30 02

Pourquoi le Sgen-CFDT n'appelle-t-il pas à la grève du 11juin (comme pour celle du 19 mai) ?

La réponse est simple :

  • la Fédération Sgen-CFDT a voté pour le texte comme une très large majorité des votants issus de la société civile et du monde de l'Éducation (FCPE, Enseignement privé, UNSA, Associations de lycéens et d'étudiants, Représentants des collectivités territoriales, Organisation syndicales d'employeurs, Associations périscolaires, Associations familiales, ...)
  • le mot d'ordre de grève porte sur le refus de l'autonomie donnée aux équipes par la réforme du collège, autonomie que le Sgen-CFDT réclame depuis longtemps et qui est revendiquée par de nombreux collègues dans les établissements.

La position du Sgen-CFDT face à une proposition de changement :

  • reconnaître les avancées
  • chercher des solutions aux problèmes posés.

Désinformation et catastrophisme sont les seuls discours véhiculés par les médias sur la réforme du collège. Nous vous conseillons vivement de lire les textes par vous-même (notre article sur la réforme en cliquant ici).

Certes, le texte actuel n'est pas parfait.

Il reste à négocier les textes d'application et leur mise en œuvre dans les établissements. N'oublions pas que l’ADN de cette réforme c'est la confiance faite aux équipes dans les établissements. Qui connaît mieux les priorités à mettre en place localement que les équipes pédagogiques et éducatives ?

La demande des opposants à la réforme est claire : abandonner le texte dans sa globalité. C’est tout ou rien. Renoncer à la réforme, c'est la certitude de conserver la situation insatisfaisante actuelle. Et pour longtemps. Il n’y a pas de plan B.

La raison voudrait de donner sa chance à cette réforme.

ImprimerE-mail

Éducation prioritaire : les oubliés du nouveau régime indemnitaire

Le dispositif indemnitaire que le ministère propose pour les personnels de l’éducation prioritaire présente des avancées significatives pour ceux qui vont en bénéficier. Mais il n’est pas acceptable qu’il oublie sciemment certaines catégories de personnels comme les assistants d’éducation, les contractuels non enseignants, les conseillers pédagogiques (CPC) et les secrétaires de circonscription. Le Sgen-CFDT ne peut admettre que, en particulier, les personnels les moins favorisés soient les moins prioritaires !

Cependant, le Sgen-CFDT se félicite d’avoir obtenu un régime indemnitaire qui représente un effort d’équité significatif pour les personnels administratifs, techniques, sociaux et de santé, les conseillers principaux d’éducation, les personnels de direction, les personnels d’enseignement (titulaires et non titulaires).

De même, le maintien pendant trois ans des indemnités en cas de sortie de l’éducation prioritaire répond à une revendication du Sgen-CFDT. La refonte de la carte de l’éducation prioritaire ne doit pas avoir un impact négatif sur les personnels.

En revanche, exclure du régime indemnitaire tous les personnels contractuels non enseignants contredit dramatiquement le message d’ensemble qui voulait unifier la communauté éducative de ces établissements. Comment peut-on justifier, par exemple, que les Assistants d’éducation (AED), qui sont en contact direct avec les élèves et leurs difficultés, ne bénéficient d’aucune mesure indemnitaire ? Comment peut-on justifier que les personnels contractuels administratifs, de santé et sociaux, qui font le même travail que leurs collègues titulaires, soient privés de toute forme de reconnaissance ? De même, exclure les conseillers pédagogiques et les secrétaires de circonscription d’un régime indemnitaire qui va bénéficier à leur IEN est incompréhensible pour ces personnels.

De tels écarts vont créer le malaise dans les établissements d’éducation prioritaire. C’est pourquoi le Sgen-CFDT continue à exiger que tous les personnels exerçant en Éducation Prioritaire, quel que soit leur statut, bénéficient du nouveau régime indemnitaire.

Pour téléchager le communiqué de presse, cliquez ici.

ImprimerE-mail

Pour une réforme qui mette fin au collège à deux vitesses !

Communiqué de presse commun : la FCPE, le CRAP-Cahiers Pédagogiques, Education et Devenir, le CAPE, l'UNL, l'UNEF, la fédération UNSA-Education, le SE-Unsa, le SIEN-Unsa, le SNPDEN- Unsa, le Sgen-CFDT, la FEP-CFDT et la CFDT.

Face à ceux qui refusent les évolutions nécessaires pour transformer un collège à bout de souffle, nos organisations rappellent que nombreux sont ceux qui attendent le changement.

La réforme du collège doit garder ses deux objectifs ambitieux :

- Faire acquérir à tous les élèves le socle commun de connaissance, de compétence et de culture grâce à une diversité de pratiques pédagogiques s'appuyant notamment sur l'interdisciplinarité, l'accompagnement personnalisé, l'autonomie et l'esprit d'initiative des équipes dans les établissements.

- Redistribuer les moyens pédagogiques jusque-là réservés à des options et dispositifs ségrégatifs (notamment en renforçant l'enseignement des langues pour tous).

Par ailleurs, afin de promouvoir la réussite éducative de tous, il nous semble impératif de soutenir l'ouverture du collège sur son territoire, de développer et de renforcer ses liens avec les partenaires de la communauté éducative et notamment avec les parents.

Nous rappelons que notre Ecole est l'une des plus inégalitaires des pays développés. Le changement est donc urgent. Nous appelons le ministère à ne pas dévier de la voie choisie dans la loi de refondation de l'Ecole.

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ici

Tracts à télécharger, informations et lecture sur la réforme dans notre article Tout sur la réforme du collège

ImprimerE-mail

Fédération Sgen-CFDT Confédération CFDT Union régionale CFDT